Revenir à l'index

Les imbéciles sont travaillés par l'idée de rédemption .Pv Jessie.



 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Merci à tous pour avoir fait vivre le forum.
FERMETURE DU FORUM 

Partagez | 
 

 Les imbéciles sont travaillés par l'idée de rédemption .Pv Jessie.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


avatar
.................................
Rapports écrits : 8
A rejoint Quantico le : 31/08/2011
Sur l'avatar : Norman Reedus
Copyright avatar : Géram

DOSSIER CONFIDENTIEL
Relations - Liens:
Emploi: Dealer, ça compte?
État civil: Célibataire

MessageSujet: Les imbéciles sont travaillés par l'idée de rédemption .Pv Jessie.   Dim 4 Sep - 20:04

    Caressant son pistolet des doigts, Travis fixait insatiablement la jeune femme assise devant lui. Non pas par envies mal tournées, mais parce qu'il doutait pouvoir lui faire confiance. Grande, mince et le teint pâle, elle avait l'allure typique d'une droguée fauchée et vivant parmi les rats. Elle détourna rapidement les yeux, se grattant l'avant-bras au sang, comme si elle voulait extirper le démon avec ses ongles. Retirant les doigts du pistolet toujours devant lui, sur la table à manger, il croisa les bras sur sa poitrine et se laissa choir sur le dossier de sa chaise décrépie.

    « C'est le dernier délai que je t'accorde, compris? Sinon, il n'est plus question que je te fournisse. Mes services ne sont pas gratuits. »

    La grande mince resta silencieuse, bien qu'on remarqua un soulagement palpable dans ses muscles et ses pupilles. Comme si elle s'était attendue à recevoir une balle entre les deux yeux pour ne pas avoir payé son dealer depuis un mois et être disparue de la circulation durant trois jours. Non joignable et dieu seul savait où. Bref, elle avait plané et s'était perdue dans un quartier voisin. C'était fréquent avec elle, mais Travis ne pouvait pas se permettre de la perdre comme cliente. C'était une habituée et il savait que s'il lui empêchait de prendre sa dose, elle irait voir un dealer bien moins clément qui lui briserait les os au moindre faux pas. Lui n'était pas sanguinaire comme la majorité des membres des gangs qu'il fréquentait. Violent, certes, mais ce n'était pas un batteur de femmes ou un meurtrier. Mais il n'hésitait pas à se faire comprendre ou à riposter.

    Se levant à contre coeur, il se dirigea vers son réfrigérateur qu'il ouvrit. Il retira ensuite la pellicule de caoutchouc contournant la porte de son garde-manger pour y sortir un sachet de poudre blanche. Il ne fallait pas être Einstein pour comprendre qu'il contenait. Se ruant sur lui, la junky lui arracha le sac des mains, mais ne déguerpit pas immédiatement. Premièrement, parce qu'elle n'avait tellement pas la santé qu'elle avait le vertige après s'être levée aussi brusquement. Deuxièmement, parce qu'elle attendait une réaction de sa part. Peut-être une gifle pour lui avoir arraché le sachet des mains ou une mise en garde. Bien que la première option était tentante, Travis se pencha vers son visage et lui souffla quelques mots, tout en caressant dangereusement sa joie gauche.

    « Tu es mieux de ne pas me décevoir si tu veux toujours avoir le loisir de danser pour cette bande de pervers au club. Se serait dommage d'abimer un si joli visage. »

    Elle recula, puis lui lança un petit « C'est promis Dash », avant de s'enfuir par la porte d'entrée, ne prenant pas la peine de la refermer. Il était bien moins dangereux que ses "coéquipiers", mais sa présence était tout aussi imposante et tous le connaissait pour ses légendaires sautes d'humeur. Il pouvait être d'un calme plat en buvant une bière et crier après la première personne venue la seconde suivante, déclencher ensuite une bagarre et retourner commander une bière, le visage en sang, après coup. Le genre d'homme qu'on ne fréquentait pas si on était averti. Il détourna le regard, puis ferma son réfrigérateur avant d'ouvrir le pot d'ingrédients à sa gauche et y sortir un autre sachet.

    Se dirigeant ensuite vers la table, il y pris le pistolet, toujours présent parmi les restes chinois, nourriture consommée la veille. Il pris ensuite sa cigarette, qui l'attendait patiemment, avec sa main libre. Ce n'est qu'en entendant un grincement derrière lui qu'il se retourna. Par chance, bien qu'il avait levé son arme, il n'avait pas tiré. Levant les deux yeux vers le plafond de son appartement en désordre, il baissa son fusil et pris une bouffée de sa cigarette, ne se pressant pas de répondre à la blondinette maintenant dans l'embrasure de sa porte d'entrée.

    « Jessie, vas te faire pendre ailleurs. Je suis occupé, je n'ai pas le temps de jouer à la poupée. »

    Il se détacha de son regard et s'emparant du deuxième sachet de poudre blanche qu'il avait déposé sur la table quelques secondes plus tôt, reprenant place sur sa chaise en bois.




La violence se donne toujours pour une contre-violence, c'est-à-dire pour une riposte à la violence de l'autre. [Jean-Paul Sartre] Double compte: Aaron Hotchner
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
.................................
Rapports écrits : 13
A rejoint Quantico le : 19/07/2011
Sur l'avatar : Sarah Michelle Gellar
Copyright avatar : qwenty
Équipe n° : FBI 1

MessageSujet: Re: Les imbéciles sont travaillés par l'idée de rédemption .Pv Jessie.   Lun 5 Sep - 1:23

Les yeux agrandis au spectacle du fusil pointé vers elle, elle prit une longue respiration lorsqu'il décida de baisser son arme. Elle retira donc elle même la main de son arme, qu'elle tenait fermement de sa main droite, bien qu'elle ne l'avait pas dégainée. Tout cela s'était passé tellement vite. Restant dans l'entrée de l'appartement de Travis, Jessie n'en croyait pas ses yeux. Il avait continué à vendre de l’héroïne ou quelque chose du même genre. Il vendrait de la dynamite et Jessie n'en serait pas plus surprise. Bien sûr qu'elle était étonnée, puisque après deux longues années de pénitencier, normalement un être humain intelligent ne se remet pas dans les même embuches. Il ne fallait pas oublier qu'il s'agissait d'un homme qui avait eut une vie assez dure, mais quand même. S'adossant à l'encadrement de la porte, elle prit le temps de regarder intensément le visage de son ami d'enfance. Il n'avait pas beaucoup changé. Peut-être un peu vieillit, mais tout de même pas assez pour que l'on ne le reconnaisse pas. Et son caractère...Ah, bien là, c'était bien autre chose. Il avait l'air d'avoir mangé du chien enragé pendant toutes ces années. C'était sûrement une façon bien à lui de vouloir se démarquer des autres. Un nouveau style de vie pour un nouvel homme. Elle n'en savait rien, mais ce qu'elle voyait devant elle la dérangeait énormément.

'' Tu ne me feras pas croire que cette fille s'est trompée d'adresse et qu'elle retourne chez elle bien gentiment. Elle est venue te demander du sucre peut-être?''


Jouer à la poupée...jouer à la poupée, il y avait bien longtemps que Jessie n'avait pas joué à la poupée. Y avait-elle vraiment déjà jouée? Bien honnêtement, elle ne s'en souvenait même pas. Cherchant des yeux un endroit pour s'asseoir sans pour autant installer son postérieur sur n'importe quoi d’illicite, elle s'approcha d'un fauteuil et prit le temps d'enlever les quelques pages de journal qu'il y avait.

''Tu as feuilleté les journaux pour savoir si tu es recherché?''

C'était bien idiot comme question, et elle s'en rendait bien compte. Néanmoins, elle n'était pas sans se poser véritablement cette question. À le voir aller, on pouvait très bien s'apercevoir qu'il n'était pas devenu un enfant de cœur. Une femme intelligente ne fréquenterait pas un personnage aussi malsain que lui, oui mais...il était son ami. Il était comme un crapaud galeux que l'on ramasse en regrettant déjà de l'avoir prit dans ses mains. On ose pas le jeter par terre, et l'on n'ose pas le tenir trop longtemps près de soi non plus. Alors on fait quoi avec cette bébête? On la regarde en se tenant assez loin pour ne pas attraper des boutons. Remarquant qu'elle devait paraitre un peu trop louche en le dévisageant sans parler, elle se risqua à poser une question.

'' Tu n'as jamais pensé avoir une jolie grenouille comme animal de compagnie?''

Se rappelant que plusieurs jeunes de son ancien quartier s'amusaient à faire fumer des grenouilles, elle regretta immédiatement ce qu'elle venait de lui proposer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Les imbéciles sont travaillés par l'idée de rédemption .Pv Jessie.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
In your mind :: Habitations-
Sauter vers:  
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forumactif.com